Accueil > CHARPENTIER NAVAL

CHARPENTIER NAVAL

Le charpentier métallique commence par fabriquer les pièces à l’atelier. Il prend connaissance du dossier technique de la pièce à fabriquer (les profils, de grande taille, ou les accessoires) puis règle la machine à commande numérique selon le travail du métal désiré : découpe, emboutissage, pliage ou étirage.

FORMATION EN PRESENTIEL 400H
FINANCEMENT FORMATION
FIANCEMENTS:
AFPR, POEC, POEI, AIF

Le charpentier métallique fabrique ou assemble les structures en acier qui forment la charpente des ponts, des immeubles, des pylônes, des bâtiments, etc. Il travaille en atelier ou sur un chantier. Son savoir-faire est recherché.

Le métier de charpentier fer requiert des connaissances en métallerie et soudure et la maîtrise des techniques de façonnage. Des connaissances de base en dessin, en géométrie et en mathématiques de base sont indispensables pour la conception et le tracé des charpentes. Des notions d’informatique permettent d’utiliser les logiciels disponibles dans le domaine.

Pour les charpentiers fer effectuant la pose des charpentes et structures métalliques sur un chantier, des aptitudes physiques spécifiques sont requises permettant de travailler en équilibre, en hauteur, à proximité du vide et selon des postures complexes. Le charpentier fer doit être capable de respecter rigoureusement les règles de sécurité.

Objectifs opérationnels 

A l’issue de la formation, le stagiaire doit : 

  • Etre capable de lire des plans de fabrication et les consignes techniques
  • Etre capable de découper et chanfreiner une tôle par procédés thermiques (chalumeau)
  • Etre capable de vérifier les mesures des plaques d’acier
  • Etre capable de découper des hublots et surbots
  • Etre capable de reporter des côtes et mesures sur les matériaux et effectuer les tracés
  • Etre capable d’assembler des nappes en panneau plan (plan horizontal),
  • Etre capable d’assembler dans l’espace d’un sous-ensemble de panneaux plans (de type : caisses, carlingages structuraux, cloisons transversales, longitudinales…)
  • Etre capable de souder en angle en procédés 111 et 136
  • Etre capable de réaliser des retouches, ajustements ou redressements de déformations et d’alignement
  • Etre capable d’entretenir son poste de travail et d’assurer la maintenance de 1er niveau de son outil de production
  • Etre capable de rendre compte de son activité (état d’avancement, problèmes rencontrés) à toute personne ou tout service concerné par des moyens appropriés
  • Percevoir et prendre en compte les enjeux qualité, économiques, de sécurité et d’environnement dans ses activités de charpentier métal

Méthodes pédagogiques

Méthodes  

  • Mise en place d’une dynamique de groupe (mise en œuvre de projet professionnel, communication et recherche d’adhésion…)
  • Apports théoriques avec des exercices adaptés au contexte professionnel, des échanges de pratiques, des jeux de mémorisation
  • Réalisation de travaux à partir d’ordre de fabrication
  • Accompagnement individualisé des stagiaires dans le cadre de leur projet
  • Formalisation des informations dans un livret individuel de suivi
  • Alternance des temps collectifs et individuels 
  • Evaluations des stagiaires pour validation des apprentissages :
    • Suivi hebdomadaire pour le savoir-être (implication, respect, progression, problèmes rencontrés…)
    • Evaluations sous forme de QCM et/ou de bilans pour vérifier la compréhension des notions abordées 
    • Bilan intermédiaire 
    • Evaluation de fin de formation à l’aide d’une épreuve écrite, d’une mise en situation professionnelle et par le passage de qualifications de soudure :
      • FW (P) 136 FM1 t10 PD ml
      • FW (P) 136 FM1 t10 PF sl
      • FW (P) 136 FM1 t10 PG ml
      • FW (P) 111 FM1 10 PD ml
      • FW (P) 111 FM1 t10 PF sl
      • FW (P) 111 FM1 t10 PG ml
    • Restitution individuelle et collective des résultats
    • Questionnaire de satisfaction
    • Bilan final 

Livret individuel de suivi 

Pour chaque stagiaire, un livret individuel de suivi sera mis en place. Ses objectifs seront : 

  • De connaître le niveau du stagiaire avant formation, ainsi que les éléments personnels significatifs,
  • D’assurer le suivi de la progression du stagiaire,
  • D’analyser le comportement du stagiaire, en général et en situation,
  • D’analyser les aptitudes professionnelles,
  • De mentionner l’avis de l’équipe pédagogique,
  • De répertorier les résultats des bilans intermédiaires et du bilan final,
  • De préconiser une orientation et/ou un développement.

Modalités en cas d’échec 

Nous n’attendons pas la dernière semaine de formation pour le passage des qualifications de soudeur, ce qui permet, en cas d’échec d’un stagiaire, de passer un contre essai.

Moyens pédagogiques

Moyens humains 

  • Référent de l’action : Fabrice GUILLAUME
  • 2 formateurs expérimentés dans le milieu industriel intervenant chacun dans son champ professionnel : Marc RENAUD et Alexis STESIOUK
  • Responsable pédagogique : CARO SANDRINE

Matériel utilisé 

  • 16 cabines de soudage avec établi et potence, équipées chacune de postes à souder (MIG MAG, EE)
  • 1 cabine de meulage aspirante
  • 6 chalumeaux oxycoupeurs
  • 1 banc d’oxycoupage
  • 1 scie à ruban de capacité Ø 270 mm
  • 1 découpe plasma portative (pour des épaisseurs jusqu’à 20 mm)
  • 1 poinçonneuse
  • 1 cisaille
  • 6 meuleuses d’angle
  • 2 meuleuses droites
  • 1 presse pour essais de soudure
  • Petit outillage nécessaire pour les activités d’assemblage et de soudure
  • EPI mis à disposition dans l’atelier : pare-visage, parois de protection, cagoules de soudage  
  • EPI fournis à chaque stagiaire : gants de manutention, gants de soudage, lunettes de protection et bouchons d’oreilles 
  • Matériel de contrôle 
  • Films sur support DVD pour la sensibilisation à la sécurité

Support remis aux stagiaires

  • Classeur remis à chaque stagiaire avec intercalaires plastifiées par thème

Descriptifs des espaces de formation mobilisés

  • 2 salles de formation, dont 1 dédiée au groupe pour l’ensemble de la session
  • Vidéoprojecteur et ordinateur portable pour l’animation des cours théoriques 
  • Atelier de 630 m² répartis en 3 pôles, dont le pôle « charpentier métaux » avec :
    • 2 modules pédagogiques
    • 2 grands établis pour la réalisation des sous-ensembles
    • Une zone dédiée pour la construction des modules et leur équipement avec les sous-ensembles fabriqués
    • La cisaille