Accueil > SOUDEUR INDUSTRIEL

SOUDEUR INDUSTRIEL

Le profil de soudeur qualifié est très recherché

soudure
FORMATION EN PRESENTIEL 400 H
FINANCEMENT FORMATION
FINANCEMENTS :
AFPR, POEC, POEI, AIF

Le soudeur peut intervenir en usine ou sur un chantier, travailler seul ou collaborer avec d’autre corps de métier: un chaudronnier, un tuyauteur ou un mécanicien. Les équipements de protection ( une combinaison et un masque), lui permettent d’ assembler par fusion des pièces de métal réalisées par d’autres.

Soudure

Le soudeur peut être spécialisé par type d’installation (tuyauteries, réservoirs, etc.), type d’assemblage (bout à bout, recouvrement, angle intérieur, etc.), secteur d’activité (nucléaire, plate-forme pétrolière, fabricant de chauffe-eau, aéronautique, agroalimentaire, marine, etc.), procédé (arc, semi-auto, etc.), métal (aciers au carbone, aluminium, aciers inoxydables, etc.), position de soudage (montante, descendante, à plat, etc.), et type de pièces (tubes, tôle, cornières, etc.).

Le soudeur commence par étudier le plan de construction du produit à réaliser afin de déterminer les conditions de l’assemblage (température, pression, efforts mécaniques, etc. ; métaux constitutifs, etc.). Il procède ensuite aux étapes suivantes :

  • Préparation, dégraissage et décapage des pièces à souder.
  • Choix de la technique de soudure indiquée par les documents techniques.
  • Réglage des paramètres de soudage.
  • Nettoyage, contrôle et polissage de la soudure.
  • Opérations de reprise ou de finition.
  • Rédaction des documents de suivi
  • Une bonne connaissance des métaux (aluminium, acier, cuivre, etc.).
  • La maîtrise de la lecture de plans et des documents techniques.
  • Le maniement d’appareils de métrologie, de gabarit, chalumeau, scie électrique, ponceuse, cellules robotisées de soudage à l’arc, machines à souder par faisceau d’électrons, etc.
  • L’utilisation de techniques de découpe thermique, de mécanique générale et de métallurgie.

Le soudeur ne craint pas de travailler dans un environnement bruyant, parfois exigu , dans des positions inconfortables (position debout très fréquente) et souvent seul.

Il est préférable que le futur soudeur ne soit pas soumis aux allergies (inspiration de gaz toxiques et de poussières) et dispose d’une bonne vue.

Objectifs opérationnels de la formation :

A l’issue de la formation, le stagiaire doit : 

  • Etre capable de préparer son poste de travail et les équipements nécessaires à la réalisation des soudures
  • Etre capable de régler le poste de soudure, en respectant les DMOS
  • Etre capable de maîtriser la technologie et la pratique des procédés de soudage 111 et 136
  • Etre capable d’exécuter des assemblages d’ensembles et sous ensembles mécano soudés selon le procédé choisi, dans la configuration et les positions de soudage définies selon la norme NF EN ISO 9606-1
  • Etre capable de maîtriser l’incidence des paramètres du soudage 111 et 136,
  • Etre capable de connaître les causes et remèdes des défauts types rencontrés en soudage,
  • Etre capable de vérifier la conformité de la soudure réalisée
  • Etre capable de gérer son bain de fusion pour obtenir une soudure de qualité,
  • Etre capable d’assurer les épreuves en ligne (pression, étanchéité…),
  • Etre capable de respecter les conditions de sécurité et s’y conformer,
  • Etre capable de ranger son environnement de travail et maintenir en état son matériel
  • Etre capable de maîtriser le vocabulaire naval, notamment lié au travail à bord (comment se repérer sur un bateau…)

Validation de la formation : reconnaissance convention collective de la métallurgie

Méthodes pédagogiques

Méthodes  

  • Mise en place d’une dynamique de groupe (mise en œuvre de projet professionnel, communication et recherche d’adhésion…)
  • Apports théoriques avec des exercices adaptés au contexte professionnel, des échanges de pratiques, des jeux de mémorisation
  • Réalisation de travaux à partir d’ordre de fabrication
  • Formalisation des informations dans un livret individuel de suivi
  • Alternance des temps collectifs et individuels 
  • Evaluations des stagiaires pour validation des apprentissages :
    • Suivi hebdomadaire pour le savoir-être (implication, respect, progression, problèmes rencontrés…)
    • Evaluations sous forme de QCM et/ou de bilans pour vérifier la compréhension des notions abordées 
    • Bilan intermédiaire 
    • Evaluation de fin de formation à l’aide d’une épreuve écrite et par le passage de qualifications de soudure :
      • BW (P) 136 FM1 s12.5 PE
      • BW (P) 136 FM1 s12.5 PF 
      • BW (P) 136 FM1 s12.5 PA
      • FW (P) 136 FM1 t10 PG ml
      • FW (P) 111 FM1 10 PD ml
      • FW (P) 111 FM1 t10 PF sl
      • FW (P) 111 FM1 t10 PG ml
    • Restitution individuelle et collective des résultats
    • Questionnaire de satisfaction
    • Bilan final 

Livret individuel de suivi 

Pour chaque stagiaire, un livret individuel de suivi sera mis en place. Ses objectifs seront : 

  • De connaître le niveau du stagiaire avant formation, ainsi que les éléments personnels significatifs,
  • D’assurer le suivi de la progression du stagiaire,
  • D’analyser le comportement du stagiaire, en général et en situation,
  • D’analyser les aptitudes professionnelles,
  • De mentionner l’avis de l’équipe pédagogique,
  • De répertorier les résultats des bilans intermédiaires et du bilan final,
  • De préconiser une orientation et/ou un développement.

 

Modalités en cas d’échec 

Nous n’attendons pas la dernière semaine de formation pour le passage des qualifications de soudeur, ce qui permet, en cas d’échec d’un stagiaire, de passer un contre essai.

Moyens pédagogiques

Moyens humains 

  • Référant de l’action : Fabrice GUILLAUME,
  • 2 formateurs expérimentés dans le milieu industriel intervenant chacun dans son champ professionnel : Marc RENAUD et Alexis STESIOUK
  • Responsable pédagogique: CARO SANDRINE

Matériel utilisé 

  • 16 cabines de soudage avec établi et potence, équipées chacune de postes à souder (MIG MAG, EE)
  • 1 cabine de meulage aspirante
  • 6 chalumeaux oxycoupeurs
  • 1 banc d’oxycoupage
  • 1 scie à ruban de capacité Ø 270 mm
  • 1 découpe plasma portative (pour des épaisseurs jusqu’à 20 mm)
  • 1 poinçonneuse
  • 1 cisaille
  • 6 meuleuses d’angle
  • 2 meuleuses droites
  • 1 presse pour essais de soudure
  • Petit outillage nécessaire pour les activités d’assemblage et de soudure
  • EPI mis à disposition dans l’atelier : pare-visage, parois de protection, cagoules de soudage  
  • EPI fournis à chaque stagiaire : gants de manutention, gants de soudage, lunettes de protection et bouchons d’oreilles 
  • Matériel de contrôle 
  • Films sur support DVD pour la sensibilisation à la sécurité

Support remis aux stagiaires

  • Classeur remis à chaque stagiaire avec intercalaires plastifiées par thème

Descriptifs des espaces de formation mobilisés

  • 2 salles de formation, dont 1 dédiée au groupe pour l’ensemble de la session
  • Vidéoprojecteur et ordinateur portable pour l’animation des cours théoriques 
  • Atelier de 630 m² répartis en 3 pôles, dont le pôle « charpentier métaux » avec :
    • 2 modules pédagogiques
    • 2 grands établis pour la réalisation des sous-ensembles
    • Une zone dédiée pour la construction des modules et leur équipement avec les sous-ensembles fabriqués
    • La cisaille